Zoom sur le style Empire

Pommier, tabouret de pied et écran de cheminée du salon du Déjeûn au Grand Trianon
L'admiration pour l'Antiquité gréco-romaine et égyptienne fait triompher un nouveau répertoire décoratif : sphinges, griffons, glaives, couronnes de lauriers, casques, victoires ailées ... éléments souvent caractéristiques d'un grand style d'inspiration militaire. Les architectes Percier et Fontaine imaginent la plupart des détails des projets de décoration intérieure sous l'Empire. Leurs dessins sont mis à la disposition des peintres, sculpteurs, orfèvres, ébénistes et bronziers de renom.

Le Blocus continental dirigé contre l'Angleterre à partir de 1811, entrave l'importation de bois exotiques. On les remplace alors par des bois clairs, français, que Napoléon qualifie d'« indigènes ».

Vignette

Jacob-Frères (1796-1803)
1800
Acajou, bronze doré, marbre bleu turquin
H. 83 ; L. 50 ; Pr. 40,5 cm
T 267
© Château de Versailles (dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin

Le somno, qui en latin signifie « Je dors », est une table de nuit en forme de piédestal à l’antique, dont la porte à l’arrière dissimule une tablette destinée à recevoir un pot de chambre. Napoléon en commanda pour toutes ses résidences.

 

Vignette

Jacob-Desmalter (à partir de 1803)
1812-1813
Bois sculpté et doré, soie, brocart d’or
H. 97 ; L. 65 ; Pr. 61 cm
V 5347
© Château de Versailles (dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin

Ce modèle de fauteuil avec son dossier carré, et ses pieds de devant en fourreau de glaive, est caractéristique des sièges d’époque Empire. La soierie verte correspond à la couleur traditionnellement employée dans les pièces de travail de l’Empereur.

Vignette

Jacob-Desmalter (à partir de 1803)
1810
Bois peint, soie
Pommier : H. 104 ; L. 88 ; Pr. 73 cm
Tabouret de pied : H. 40 ; L. 32 ; Pr. 17 cm
Écran : H. 101,5 ; L. 61 cm
T 389 C (pommier) ; T 392 C (tabouret de pied) ; T 393 C (écran)
© Château de Versailles (dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin

Tous les sièges livrés, en 1810, pour cette pièce destinée aux repas, furent garnis par le tapissier Darrac d’un damas « économique » bleu pâle, moins onéreux, car sa composition recélait un fil de coton au lieu d’un fil de soie.

Le pommier avec son dossier asymétrique se place devant une cheminée de manière à chauffer ses pieds en plaçant ses jambes par-dessus le petit côté.

L’écran préserve de la trop vive chaleur dégagée par le feu de la cheminée. Il présente un châssis à coulisse pour régler la chaleur.

Apparu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le tabouret de pied se place devant un fauteuil ou un canapé.

Vignette

Anonyme
Vers 1805
Bronze ciselé patiné et doré
H. 92,5 ; L. 26,5 ; Pr. 31 cm
GML 9741.1-2
Dépôt du Mobilier national, 2007
© Château de Versailles (dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin

Percier et Fontaine donnèrent des dessins pour des pièces similaires destinées à éclairer le trumeau d’une cheminée ou le dessus d’une console. Le bouquet de lumières est supporté par deux figures de femmes tenant des palmes symbolisant la victoire.